Mot de passe oublié ?
Venez Buller avec Nous !

Sortie Technique / Explo 2018 à Golfe Juan

Golfe Juan : pour passer son niveau il fallait déjà monter sur le bateau !

Tel Napoléon 1er nous débarquons à Golfe Juan, empruntons sa voie pour atterrir à l’hôtel de Provence, un lieu pittoresque tenu par une anglaise et son vieux pirate de mari.

Nous sommes une vingtaine de plongeur quasi tous venus pour passer un Niveau 2 ou un Niveau 3. Une vingtaine dont un juvénile, qui venait, lui, passer son niveau 1 « dent et otite ».

Malgré le beau temps apparent nous devons faire face à un niveau de mer et de vent grandissant… à tel point que le 1er jour de plongée doit être annulé.

Entre terre et mer, pas le choix ! C’est donc en terre Monégasque que nous nous exilons afin d’admirer à l’institut Océanographique, les seuls poissons ou presque que nous verrons de toute la semaine.

Franchement, ce jour là, nous aurions pu plonger tant sur terre nous étions trempés par les rafales de vent et de pluie. Les cabines téléphoniques monégasques s’en souviennent.

Le niveau du vent descendant nous nous préparons pour notre première journée de sortie. La faille du vengeurs accueille nos remontées techniques.

Le jour 3eme jour la tempête gronde également. Nous restons à terre. Certains au lit, certains tentent une autre aventure, rejoindre Grace et ses célèbres parfums.

Heureusement le soir venu nous ripaillons joyeusement. Au menu, chaque soir ou presque, pates ou pizza nous attendent pour caler nos estomacs.

Au 4eme jour, au regard du retard accumulé dans le passage des Niveaux 2 et 3, nous tentons le tout pour le tout : 3 plongées par jour. Et là, clairement, on se demande parfois si l’on est pas masochiste.
Avec une houle impressionnante, la moitié du bateau est à l’arrière en train de nourrir les poissons. Un autre est à 4 pattes. Le Chameau, la Fourmigue et la faille du vengeur ont accueillis nos bulles.

Dernier jour de plongée, 3 plongées encore au pied du phare de la Fourmigue et à Rascoui. Nous visitons un village miniature crée pour le cinéma.
Le vent fait toujours des siennes. Il faut s’accrocher pour tenir sur le bateau. Il tangue tant que l’échelle s’immerge complètement sur certaines vagues. Monter sur le bateau est toute une aventure qui met de la bonne humeur.

A Golfe Juan tout est une question de niveau, niveau du vent, niveau de la mer et 3 Niveaux 2 acquit. Félicitations à Nathalie , Pascal et Csaba.
Pour les autres, cela ne devraient pas tarder… mais dans d’autres aventures.

Un grand merci à Maeva, Daniel et le Club du Galatée pour l’organisation de ces moments inoubliables.

Marion